dimanche 2 mars 2014

Devenir web analyst et donc dominer le monde [Partie 3]

Aucun commentaire:
 
Devenir web analyst et donc dominer le monde
Ludovic, je suis…
Pardon. Bonsoir Ludovic.

Ludovic, je suis fier de toi. Lorsque je t’ai vu pour la première fois, tu avais le regard vide. Tu pensais connaître l’analytics parce que tu avais fait un export Google Analytics dans Excel, mais tu n’étais qu’un enfant. Oui, Ludovic, j’en ai conscience : tu t’es un peu senti humilié. Tu as voulu me piétiner et me cracher au visage. Tu m’as pris pour un sale con prétentieux.

Mais tu m’as un peu écouté : tu as commencé par devenir réellement calé sur ton outil d’analytics préféré. Tu le connais en détail, de l’implémentation insite aux rapports les plus tordus. Ensuite, tu as, comme tes ancêtres, remonté la chaîne alimentaire, pour t’intéresser à ce qui se passait en amont de ton bien aimé site. De temps à autres, tu emploies les mots “holistique” et “troiscentsoixante” (une fois, tu as même tenté un petit “exogène”), et tu sens l’assemblée frissonner de respect en t’écoutant.

Pour tout te dire, Ludovic, tu as déjà fait le plus gros du boulot. Certes, il faudra que tu te maintiennes à niveau. Les outils évoluent en permanence, et des tendances de marché ne cessent de créer de nouveaux besoins en analyse.

Mais maintenant, je vais modestement tenter de te faire passer de l’excellence à l’immortalité. Oui, l’immortalité. Ce qui va suivre, je te préviens, est beaucoup moins facile d’accès que ce que tu as vu jusqu’ici. Et ça ne te servira pas forcément dans l’immédiat. Mon propos, ici, est bien d’anticiper ce que pourrait devenir le web analyste du futur. Ou pas. Et inversement proportionnel.

Promis, à la fin de cet article, tu auras le droit de changer de nom. Tu pourras peut être t’appeler Avinash. Pourquoi ? Parce qu’Avinash est un Monsieur important. Notre père à tous. Un jour, je ferai un article pour t’expliquer pourquoi ce monsieur compte dans le milieu de l’analytics. Mais pas maintenant.

Khi 2 nous deux


Si je mets un peu mon égo de côté, je pense que la webanalytics, selon les entreprises, selon les besoins, selon les profils des gens, pourra, à l’avenir, être rattachée à des disciplines antiques et bien plus vastes.  Ne nous mentons pas Ludovic. Dès qu'il s'agit de stats pures, la plupart des web analystes sont des vrais sacs. Quand je parle ici de statistiques, j'englobe 3 éléments (OK, les puristes vont me haïr) :

  • Les outils de traitement de données/les base de données et la méthodo qui va avec
  • La data viz
  • La démarche d'analyse
Voyons ceci point par point, veux-tu.

API culteur en devenir


Puisque tu m’as écouté, Ludovic, tu as réussi à centraliser, dans un même fichier Excel, des données de coûts sur tes campagnes display, des parts de marché et des expositions à des vagues TV. Je te félicite, tu as atteint ce que Freud nommait le stade anal. Oui, Ludovic, celui où tu joues avec ton propre caca.

Tu as déjà entendu parler de R ? De SPSS ? De SAS enterprise guide ? 
Hein ? Comment ça, te trancher les veines avec du saucisson ? Meuuuh non, rassieds toi et écoute. 

OK, là, clairement, on ne joue plus dans la même cour. Ces outils, tant dans leur utilisation que dans la connaissance théorique qui va avec, c’est autre chose que de se former sur Google Analytics. Mais tu n’y échapperas pas. Même si ta nouvelle aura chez Logi2000 te permet d’avoir une armée de stagiaires à tes ordres pour remplir ces tableaux Excel, il va falloir s’organiser un tout petit peu : oui, je parle d’APIs. Oui, je parle de requêtes SQL. Oui, je parle de Datawarehouse et de Datamart ! De retraitements statistiques avec des packages d’intégration. De SINGLE POINT OF THRUTH ! OH OUI, APPELLE MOI MIREILLE !
Pardon. 

La data viz un peu ma présentation

“Powerpoint 2000, ça reste un outil tout à fait correct. Et puis passer sur 2003, c’est trop compliqué”
 
Bien. Tu as maintenant un vrai process d’intégration et de retraitement de la data, qui couvre toutes tes activités (plus ou moins) autour du web (ou plus si affinités et costards en velours). Finalement, tu n’as fait “que” créer une base de données qui retranscrit ce qui se passe dans la vraie vie. Tu es à l’assemblée annuelle de Softix4000USA, la branche californienne qui vous a racheté. Et là, c’est le drame.

Devenir web analyst et donc dominer le monde [Partie 3]

La data visualisation est une discipline à part entière. Le choix du graphique, de la couleur, de l’info à présenter, à quelle audience... Ça n’a l’air de rien, mais en quelques graphiques, tu peux saborder des mois et des mois de travail. Oui, Ludovic. Tu PEUX devenir le nouvel INFORMATICIEN de la boîte. Ou alors un gars super cool. Regarde ce SWAG :

Infographie data visualisation

Un jour, j’y consacrerai un ou deux articles. Tu verras, c’est un sujet passionnant.
“Comme ils disent chez Eurogica, Argent = pognon”

L'analyse d'audience web


Ça ne mange pas de pain d’en remettre une couche, mais tout ceci ne se fera que si tu as une vraie démarche d’analyse. Et là, on en revient à mon 2ème article (celui avec le chat). Explique aux gens en quoi ils font gagner de l’argent à l’entreprise, et reste affûté sur tes réflèxes d’analyste. Comment ça, c’est un peu redondant avec ce que je dis sur la data viz plus haut ? Hum. Oui. Pas faux. Les deux sont en fait très complémentaires. La bonne info, bien visualisée, et avec de la data solide derrière.

Et voilà. Hier, tu parlais au directeur marketing qui te regardait avec dédain. Aujourd’hui, le DG vient se frotter à tes jambes en te faisant un regard plein de sous-entendus. 
Tu as clairement mis les mains dans le cambouis, on t’a sûrement un peu aidé, mais mine de rien, tu t’es rapproché de l’immortalité. 
Oui, aujourd’hui, tu as gagné le droit de t’appeler Avinash.

Bisous Bizut.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire