lundi 24 février 2014

Devenir web analyst et donc dominer le monde [Partie 2]

Aucun commentaire:
 
Le webanalytics pour les anciens nuls
Bonsoir - Très cher Steve,

      C’est avec un grand plaisir que je te retrouve cette semaine.
Mais… Tu as changé, Steve.
Maintenant, tu mets du gel dans tes cheveux gras. Tu as mis des mocassins à glands. Non, non, ça te va très bien, je t’assure. Et je suis tout à fait d’accord avec ton projet de te laisser pousser une bonne grosse moustache.
Et d’ailleurs, parce que tu l’as mérité, maintenant tu as le droit de t’appeler Ludovic. Mais de rien.

      Je te l’avais dit. Grâce à ce que je t’ai enseigné dans mon premier article, tu as segmenté proprement ton trafic, et le responsable SEO, le chargé de campagnes display, ainsi que le gourou d’Adwords de ta boîte (Logi2000) te tombent dessus, tous les matins à 9h, en te demandant si “leurs” sources génèrent un bon taux de conversion, des leads qualifiés, ou encore un taux de rebond élevé sur la page “chaton-rigolo-processeurs-ibm-vx-4000-nabila.apsx”. Il était temps de mettre un point à cette phrase, respire Ludovic.

Ton reporting quotidien contient des perles d’analyses.
“L’emailing performe moins bien que la semaine dernière, mais un petit peu mieux que la semaine d’avant. Pas cool.  
Le SEO fait 65 784% de visites supplémentaires par rapport à l’année dernière. C’est chouette. Bon OK, c’était pas tracké l’année dernière. Mais c’est chouette”

Le webanalytics pour les (anciens) nuls


      Comme on te l’a expliqué au séminaire annuel de l’entreprise à l’hotel Oceania de Berck sur Mer (non, ne me parle pas de la danse du Limousin de Jean Claude de l’informatique après son 7ème Mojito, c’est gênant), tu vas devoir être force de proposition.
Je ne vais pas te mentir, ça va nécessiter un peu de boulot. Devenir un ninja sur Google Analytics, c’est une chose. Comprendre les enjeux du SEA, de l’affiliation, ou du offline (oui, Ludovic, du offline. Lâche ma cheville), c’en est une autre.

Tu es un analyste. Un vrai. 
Le matin, tu t’es rendu compte que la surface du trottoir de droite menant à ton bureau accrochait mieux à tes mocassins, te faisant gagner une dizaine de secondes. Dizaine de secondes que tu utilises pour regarder des vidéos chelous qui te rendent chaque jour plus populaire.
Donc, puisque tu es un vrai analyste, tu vas apprendre par les outils. En voici quelques-uns en vrac :


  • SEO : Google Webmaster Tools, Ahrefs...
  • Social Media : Facebook Insights, Youtube Analytics...
  • SEA : Yahoo Search Ma...Nan je déconne. Adwords évidemment
  • Display : DoubleClick si tu as de la chance, la base MySQL bien sale de ton chargé d’acquisition sinon. Oui, un jour je t’apprendrai à faire des requêtes SQL. 
  • D’autres trucs : Mention, Visible, Qualaroo, Crazy Egg...

      Comme on le dit dans les entreprises où l’on parle américain, tu vas travailler de façon agile. 
C’est possible (et même probable) que tes interlocuteurs utilisent déjà ces outils. Si c’est le cas, Ludovic, fais en sorte de créer des rapports consolidés avec ton outil d’analytics. 
Tu commences à comprendre, Ludo (je peux t’appeler Ludo, hein ? Hein ? HEIN ?) ?

Chacun des spécialistes de l’acquisition aura une vision complète de son média. En SEO, je catégorise mes mots clés, je sais comment je suis positionné, et enfin je sais comment se comporte le trafic généré (not provided ta soeur).
Tu veux un autre exemple ? En display, je suis capable de dire quels sont mes annonceurs/formats les plus performants, du clic (côté adserver, donc) à la conversion (côté analytics). 
Et là, tu me rajoutes du pimeng d’espel...euhhh des données de coûts, et tu obtiens du ROI. Kiss, flex, love. Bretzels.

 L’Évangile selon Saint Analytics


     De façon générale, parle avec ces gens. Essaye de comprendre ce qui compte pour eux. Non, l’amour et la fraternité entre différentes classes sociales, ça ne compte pas. Essaye de comprendre comment leur média contribue à faire gagner de l’argent. Si tu parles d’argent, tu auras leur attention. Crois-moi.
Et un jour, peut-être, tu réuniras tous ces gens dans une seule pièce, et tu leur expliqueras le principe de l’attribution custom. Et là, Ludovic, tu seras un homme. Potentiellement un homme avec 3 molaires en moins (ce bon vieux Cédric en charge des campagnes display au CPM t’a déjà à l’oeil depuis un moment), mais un homme.

     Je vois que tu commences à aimer ça. Et la semaine prochaine, sans vouloir te spoiler, on va se mettre bien. Tu pensais qu’en savant faire un peu de HTML tu allais être le maître du monde ? Petit maling, va. 
On se retrouve dans une semaine, et d’ici là, je te conseille fortement de rester cool.

Bisous Bizut.
Le webanalytics pour les (anciens) nuls

Vous travaillez chez Adobe ? Vous souhaitez vous plaindre ?
Laissez un commentaire à Aristide Riou - auteur de boutades.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire